Merci

Les belles personnes - la route

Un merci immense à Maman et à Mikaël. Je sais, c’est un peu cheezy de remercier sa mère et son amoureux en tout premier lieu mais sans leur confiance démesurée en moi et leur amour transfrontière et absolu, je ferais du sur-place depuis bien longtemps.

Et merci à beaucoup d’autres belles personnes, qui ont mis un pavé après l’autre sur ma route afin de lui permettre d’être si belle :

ma grande famille Huille / Chavane de Dalmassy, soit mes 4 parents, mes 6 frères et sœurs et ma belle-soeur ; Capucine Arnoux et Victor Anghert ; Clarisse Le Corre ; Lucie Huille ; Marine de Lamarzelle ; Pierre-Vlad Lobadowski ; Lily Lambert et Yanis Benbousta ; Jean michel Champault ; Christine Cayré ; la famille Michel et en particulier mon africaine-occidentale Marie-Camille, ainsi que Coco, Bertrand et Olivier ; la famille Robert et en particulier Évelyne, Michel et Édouard ; Christine Pillot ; Natsuno Shinagawa ; Lénore et Dominique Derda ; Bintou Simporé ; Jonathan Lett ; Djouma ; Nadine Bari ; Stefan Meisel ; Golda Keng ; Pauline Clément ; Stéphanie Saumon et Ghislaine Totel ; Dawit Abebe ; Michael Tsegaye ; Samson et Kidan Giorgis ; Renée Mboya ; toute la famille d’Abraham Kutswa ; Rocca Gutteridge ; Caroline et Stéphane Gay ; Gadi Ramadhani ; Bente Brendstrup ; ma « boutique family », Silvia, Caro, Gato et Jayson ; Naïla, Amir et bébé Elias Karani ; Mauro Pinto ; Gonçalo Mabunda ; Aurore Delcourt ; Marion Dixon ; Federico Freschi ; Lea Kress ; Pierre Coetzer ; Isaure, Emmanuel et bébé Alice de Montbron.

La fin du début

Hier, je me suis couchée au son des grillons ; je me réveille ce matin sous la douce chaleur du Sud de la France. J’ai quitté l’hiver austral, j’ai quitté le continent africain, je suis rentrée. Je ne sais plus vraiment où est « à la maison » mais imagine que je n’en suis pas loin, peut-être.

15 mois de voyage, 1 sac-à-dos, 17 pays africains, une centaine d’artistes rencontrés, une vingtaine de très belles et utiles structures liéées à l’art contemporain visitées et appréciées (et quelques autres moins marquantes), 1000 conversations souvent passionnantes sur la pratique et les réalités de l’art contemporain sur le continent africain, des claques et autres leçons de vie à tous les virages,  2 belles cicatrices, une dizaine de sprays anti-moustiques, 0 crises de paludisme, des heures impossibles à comptabiliser (en centaines en tout cas) dans des mini-bus et bus, une bonne quinzaine de maisons d’amis d’amis grandes ouvertes à mes arrivées, pas mal d’hôtels en tous genres, un peu plus de 130 posts sur ce blog, une tonne de plats goûtés, d’odeurs vécues et de sensations ressenties, de super amitiés créées dans toutes les capitales traversées et autant d’embrouilles avec des chauffeurs de taxi, des centaines de bouteilles d’eau minérales, 3 carnets Moleskine remplis à ras bord, 10 amis ou membres de ma famille venus partager quelques jours ou semaines avec moi, 0 vêtements emportés en mai 2012 et revenus avec moi en août 2013, je-ne-sais-pas-combien de livres et articles académiques lus sur l’art contemporain africain, un millier de situations déconcertantes, quelques sensations de solitude et d’innombrables sentiments d’exaltation.

Une gigantesque et fondamentale page de ma vie se tourne. C’est la fin du début.

Les vacances de l’amour

Comme dit au dernier post, une bande de copains français est venue partager le dernier mois de mon voyage africain. Nous avons bien baroudé en Afrique du Sud, entre dîners branchouilles à Cape Town, routes à perte de vue au milieu de paysages sans cesse différents, visionnage de girafes, hippopotames et autres rhinocéros blancs, légers soucis de freins et de fuel filter de ma pourtant vaillante voiture, dégustation de vins, check de pinguins, dodos dans d’adorables guesthouses dans d’adorables petites villes, bourasques de vent sur des plages infinies, soleil écrasant le jour et (parfois) grand froid la nuit, et une dernière semaine à se prélasser sportivement dans la maison de mes parents, dans le dramatique et somptueux désert du Grand Karoo.

Introducing Les vacances de l’amour starring Capucine, Lily, Margaux, Victor, Pierre-Vlad et Yanis…

La route en Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

IMG_6587

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Le crew

Le crew des copains de rêve qui viennent jusqu’en Afrique du Sud – arrivé en plusieurs étapes – est dorénavant au complet. Les festivités n’en peuvent plus de (re)commencer. Détails et images de nos péripéties à notre prochaine connexion internet, soit dans plus ou moins 10 jours.

Le crew

En revanche, on a laissé le dernier Power Rangers derrière nous…

Power Rangers

De mon incapacité à parler ici d’artistes sud-africains

J’ai attendu pendant des mois d’arriver en Afrique du Sud. Parce que cela signifiait l’aboutissement de mon voyage mais aussi parce que je savais – pour m’y rendre régulièrement depuis des années – que la scène artistique allait m’y rendre dingue.

Dans les pays traversés jusqu’ici (cf. la carte), les musées sont souvent poussiéreux, les galeries d’art portant ce nom – c’est-à-dire non strictement commerciales mais envisageant de créer un lien durable et porteur avec les artistes qu’elles représentent, lorsqu’elles en représentent – sont rares et les commissaires et/ou théoriciens le sont encore plus.

J’ai malgré tout croisé de très belles personnes, initiatives et structures sur ma route, porteurs de projets et d’idées extraordinaires et extra-ordinaires (en vrac, pour en citer une infinitésimale partie : Meskerem Assegued et Elias Simé en Ethiopie ; Gadi Ramadhani en Tanzanie ; 32° East en Ouganda ; la Fondation Zinsou au Bénin, etc.).

Les choses changent, et plutôt très vite, de jeunes artistes et commissaires se chauffent et se lancent, des structures intéressantes émergent sur tout le continent, portées par des artistes, des étrangers, des fondations, des sans-le-sou.

Malgré tout, ma plus grande frustration durant ce voyage a été ma difficulté à identifier des commissaires (i.e. des « penseurs ») et des galeristes ou structures permettant à l’art contemporain de vivre (i.e. des « plateformes ») ; ainsi que des textes, académiques ou non, traitant de ces sujets.

Or je savais que ces deux frustrations allaient soudainement s’évaporer à mon arrivée en Afrique du Sud. À Johannesburg et Cape Town, les artistes courent les rues, on compte plusieurs galeries très solides, de nombreux commissaires, journalistes et théoriciens de l’art pointus de chez pointus, des « art spaces » ayant des vocations et objectifs différents, etc. Ici, on vous dira toujours que ça n’est pas assez mais après une traversée de l’Afrique sub-saharienne, c’est énorme !

Durant les 15 jours passés à Johannesburg et les 2 mois à Cape Town, je me suis donc vautrée – oui oui, vautrée – dans tout cela. Je me suis régalée de visites d’expositions et d’ateliers, d’heures dans des librairies spécialisées, de discussions avec des professeurs d’histoire de l’art et commissaires, de lecture acharnée – oui oui, acharnée – d’articles universitaires, livres d’art et essais.

Autonome par rapport au reste du continent, la scène artistique sud-africaine est extrêmement dynamique et enthousiasmante. Tellement dynamique et enthousiasmante que, comme l’indique le titre de ce post, je ne trouve pas les mots pour en parler. Parce que d’autres l’ont fait avant et mieux que moi, parce que trop d’artistes m’intéressent, parce que je préfère engloutir les réflexions des autres en ce moment, puisque enfin elles me sont accessibles, plutôt que d’en proposer une version amoindrie. 

J’aimerais pouvoir parler de ces excellentes écoles de beaux-arts que sont Michaelis School à Cape Town et Wits à Joburg ; de la très bonne revue Art South Africa ou du site Art Throb ; d’artistes comme Wayne Barker, Kendell Geers, Berni Searl, Dan Halter, Paul Edmunds, Willem Boshoff, Wim Botha, William Kentridge, Gerhard Marx, Mikhael Subotzky, Ed Young, Zanele Muholi et pas mal d’autres encore…

Impossible pourtant.

Avec toutes mes excuses je vous renvoie donc, pour ceux que cela intéresserait, à ce que d’autres ont – parfois très bien – écrit.

Pépites de Google search

Je ne comprends rien au système de référencement d’un site internet – et n’essaie pas vraiment de comprendre d’ailleurs. Tout ce que je sais, c’est que gentil-Wordpress me propose un backoffice grâce auquel je peux notamment connaître les mots clés tapés sur Google ayant permis à un/des internaute(s) d’arriver sur une page de mon blog.

Puisque nous sommes vendredi et que c’est les vacances en France, voici une petite sélection (fôtes d’ortografe comprises) de quelques pépites qui m’ont régalées – ou alarmées.

que disent les podologues des chaussures trouvées en afrique ?

épingles à linge plates pour poster

les militaires au bar le taxi brousse en cote d ivoire en plein ambiance

les pute de diego-suarez ; belles putes malgaches ; putes madagascar [gros gros thème de recherche, je n’aurais jamais du écrire cet article sur Diego Suarez…]

la ville de lome est elle au bord la mer [sinon y’a Google Maps]

musique en lavant son linge en afrique

images tres droles

vive l´om

vieux sage pas triste

je regarde vers la fenetre du bus

aquarium incorporé dans mur

je dois être un pestiféré

les vrais se font rare mais mes étoiles brilleront toujours au dessu de moi de la ou elle son [certes]

« trucs choquants qu’on pourrait raconter d’une personne »

il est arrivé à tous les enfants d’étre un jour impressionnés par un adulte

comment tracer des lignes droites sur toile

qui n’a pas regretter d’avoir poser des facettes en céramique [hum…moi ?]

traverser l’afrique à pied visas pays en guerre frontieres ouvertes [bon courage]

Méditation africaine

Tanzanian bus

Les premiers mois, c’était terrible. Je trépignais, je m’agitais, je changeais de position en permanence mais sans réellement pouvoir le faire, trop serrée entre mes deux voisins, j’avais chaud, puis froid, mal à la tête, aux jambes. Je m’ennuyais sec. J’étais à la fois hyperactive et absolument inactive.

Et puis un jour, assise dans un wagon du train qui relie Abidjan en Côte d’Ivoire à Ouagadougou au Burkina Faso, j’ai compris. J’ai médité à l’africaine pour la première fois. Depuis, je n’arrête plus.

Ce jour-là, j’ai souhaité très très fort être aussi impassible que les gens autour de moi, malgré les 48 heures de voyage très inconfortables, les fauteuils en bois, les odeurs obscures, la chaleur plombante, les cafards en balade et les hurlements de la télévision.

Alors j’ai imité mes voisins de wagon. Je me suis assise bien droite, j’ai décroisé mes jambes puis j’ai fermé les yeux, ou plutôt j’ai demi-fermé les yeux, comme le font les gens ici. Je me suis forcée à rester comme ça longtemps, très longtemps, probablement une heure ou deux. Et c’est long, une heure ou deux comme ça. Les premières dizaines de minutes ont été difficiles, mais progressivement les sons, les vibrations, les odeurs se sont effacés. Mes pensées construites se sont évaporées.

C’était comme si tout allait soudainement mieux, comme si rien n’était réellement pénible, comme si le temps s’était remis en marche en s’arrêtant.

Depuis 14 mois, je voyage sur les routes, les rails et les lacs africains. Après l’Afrique de l’Ouest et de l’Est, me voici au Sud du continent. Je voyage en transports en commun et principalement en bus, mini bus ou autres taxis collectifs. Ces trajets sont longs et inconfortables. Très longs et très inconfortables.

Pourtant, pays après pays, j’observe le même comportement chez mes voisins d’un jour. Cette extraordinaire patiente silencieuse, ces yeux lointains et calmes, ces corps immobiles malgré les nids de poule géants. Il ne s’agit pas de dormir cependant. Les gens ne dorment pas, ou rarement, ils sont juste un peu plus loin.

En Guinée, les transports collectifs sont de vieilles Peugeots poétiquement appelées « neuf places ». Il m’est arrivé de faire 8 heures de trajets avec 15 autres personnes dans la voiture. Plus un monticule de sacs, cageots et poulets, vaillamment accrochés sur le toit de la non moins vaillante Peugeot. Ces 15 personnes avaient l’air tranquilles, les yeux mi-clos et le dos bien droit. Une maman a mis sa toute petite fille sur mes genoux – elle ne pouvait tenir nulle part ailleurs -, puis elle est retournée, sans un mot, à sa paisible contemplation. Ou méditation. Soit.

L’hyperactive parisienne que je suis a donc appris la médiation africaine dans les transports. Le matin d’un long trajet ou quand je m’assieds dans un bus surbondé, je me surprends dorénavant à me réjouir de ces longues heures d’inaction solitaire qui m’attendent.

Bon, parfois, je faiblis un peu. Comme le jour où  après une douzaine d’heures passés l’un à côté de l’autre dans un bus branlant, un vieux monsieur s’est tourné vers moi et m’a glissé, malicieux, « Aïe aïe aïe, j’en ai sacrément marre, là. » J’avoue m’être alors sentie un peu moins seule !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 43 autres abonnés