Le concept d’emmagasinement

J’emmagasine, tu emmagasines, il emmagasine. Beaucoup d’œuvres, d’artistes, de noms de rues, de pièces de monnaie qui se ressemblent, de lieux d’exposition, de conférences et de conférenciers, de taxis qui ne connaissent pas la gare ferroviaire, de plats à gouter, de découvertes de ouf, de retard avant chaque évènement, et de vernissages dans tous les coins. Beaucoup de choses, donc, à Dakar.

Je ne peux pas (encore) parler des artistes que je découvre ou redécouvre, car je ne sais pas où donner de la tête. Mais j’emmagasine, comme je le disais…

Coucou mes pieds à côté d’une affiche de Mounir Fatmi (Maroc), et coucou les Black Panthers.

Coucou moi devant une (superbe) lithographie de Paul Emmanuel (Afrique du Sud), « number 05000674PV ».

Coucou les chouettes multi-vernissages et les seviettes bleu-blanc-rouge à l’Institut Français.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s