Gonçalo Mabunda et Mauro Pinto

Gonçalo Mabunda et Mauro Pinto

Les deux larrons sont copains de longue date. En réalité, ils ne se souviennent plus vraiment depuis quand. Gonçalo Mabunda est sculpteur de métal et d’armes, Mauro Pinto est photographe de rue et de vie. Tous les deux sont Mozambicains et vivent à Maputo.

Ensemble, ils ont transformé l’appartement de Gonçalo Mabunda en un espace de présentation de leurs œuvres et de celles d’artistes qu’ils apprécient. On admire des photos de Mauro Pinto dans les chambres, une grande toile de Victor Sousa dans le salon et une peinture de jeunesse du maître des lieux dans l’escalier, au milieu de beaucoup d’autres œuvres encore. Pas vraiment une galerie privée, plutôt un drôle d’espace avec des œuvres un peu partout, agencées avec passion – ça se voit.

Chez Gonçalo Mabunda

Chez Gonçalo Mabunda

Dans la cour de la maison, l’atelier de Gonçalo Mabunda où, avec ses trois assistants, il pense et construit ses masques et ses trônes en métal et en armes récupérées depuis la fin de la guerre civile. Ses masques ont tous des drôles de tête, qu’il aime bien commenter d’ailleurs. Il me présente une famille, une nana qui aurait un peu trop bu, et toute une série de personnages parfois un peu flippants, souvent plutôt marrants. Les journalistes de CNN (et d’autres) ont déjà raconté son histoire, je ne me risquerai pas à recommencer.

Sculpture de Gonçalo Mabunda

Gonçalo Mabunda

Trône de Gonçalo Mabunda

Atelier de Gonçalo Mabunda

Mauro Pinto, lui, serait plutôt du genre à se balader dans les rues de Maputo ou d’ailleurs. Il aime en saisir les passants et les occupants. Il aime les clins d’œil, les petites blagues glissées par ci par là, les références. Il est aussi parfois sérieux, comme pour la série qui lui a fait gagné le prix BES Photo 2012, où il s’invite chez des habitants du quartier de Mafalala, à Maputo, vieux quartier historique où tous les grands hommes politiques du pays ont fait leurs armes, quartier de mélanges des genres et des gens.

Photo de Mauro Pinto

Photo de Mauro Pinto

Ce qui me fait rigoler, c’est qu’avec ces deux artistes, pourtant parmi « ceux qui comptent au Mozambique », on rigole beaucoup. Ils aiment ce qu’ils font et ils sont heureux de savoir et de voir que tu aimes ce qu’ils font.

Conversations avec Gonçalo Mabunda et Mauro Pinto, du 10 au 20 février 2013 à Maputo. 

Pour plus d’images de leur travail respectif ainsi que la liste de leurs expositions passées, cf. le site de la galerie sud-africaine Afronova, qui représente Gonçalo Mabunda et Mauro Pinto.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s